L’image au centre de nos réflexions, l’image subliminale, l’image qui influence, l’image dans le métro, l’image sur le périph’ et plus encore… Nous évoluons, paraît-il, dans une société de l’image et nous serions ainsi orientés par son influence. Cette position hégémonique s’explique par la multiplication des supports de diffusion: aux panneaux publicitaires, magazines et télévisions se sont ajoutés ordinateurs, tablettes et smartphones. Ainsi, si la prépondérance de l’image est antérieure à l’arrivée des moyens de communication 2.0, ceux-ci contribuent à en démultiplier la diffusion.

Facebook a introduit les images dès sa création. L’échange d’images via les photos regroupées en albums ou désormais prises à la volée via IOS ou Android constitue un de ses fondements fonctionnels. A l’été 2013, Facebook met 1 milliard de dollars sur la table pour racheter Instagram, soit 4 fois le montant du Washington Post. A ce jour, Instagram rassemble 300 millions d’utilisateurs mondiaux qui génèrent 8000 likes par seconde. Quant à Pinterest, il a connu une progression record en 2014 (+97% d’utilisateurs actifs) pour franchir la barre des 70 millions d’utilisateurs mondiaux.

4 millions de français utilisent Instagram, quasi 2 millions utilisent Pinterest, quelles sont leurs particularités ?

Tu ne verras pas ma photo sur Pinterest

Les premières navigations sur Pinterest sont autant de voyages vers des univers visuellement proprets et fonctionnellement épurés. La page d’accueil ressemble à un panneau mémo qui concentre des post-it imagés correspondants à nos affinités. L’application web se focalise ainsi sur le contenu. En navigation, l’expérience fonctionnelle se résume à la barre de recherche qui coiffe le panel d’images. Que disent ces images sur la philosophie de Pinterest ? D’abord, qu’elles relèvent de l’inspiration et s’inscrivent ainsi dans une logique créative: arts de la table, mode, décoration, voyages sont les thématiques phares de Pinterest, elles sont d’ailleurs souvent déclinées en couleurs chaudes:

https://fr.pinterest.com/pin/576108977304269254/

https://fr.pinterest.com/pin/478014947924873037/

Ensuite, que l’objectif ne se tourne quasiment pas vers l’utilisateur. Dégotter un selfie sur Pinterest relève du challenge, l’ego est d’ailleurs si peu verni que l’avatar ou photo de profil prend une place dérisoire dans les pages de profils. Est-ce pour cela que Pinterest est un réseau aux 2/3 féminin ?

pinterest

Au-delà de son audience féminine, la légèreté des sollicitations visuelles est un avantage. Pinterest oppose au flux d’actualité Facebook, chargé de vidéos et de posts sponsorisés, une interface reposante et décorative. Dans la même logique, les épingles (ou pins) ne sont pas chargées de hashtags et donc de liens cliquables comme dans Instagram. Les légendes prennent plutôt la forme de recettes ou de conseils qui invitent à prendre le temps de les lire:

https://fr.pinterest.com/pin/445786063088399725/

Les marques à l’affût

On l’aura compris, dans Pinterest, l’approche se fait par centres d’intérêts, on en dit sur soi par ce qu’on aime et non pas par ce qu’on est. Une aubaine pour les marques ? Pas encore, car les possibilités de ciblages sont encore restreintes. Reste qu’il est tout de même possible de ramener du trafic vers son site e-commerce par le biais d’un lien URL qu’on intègre aux épingles. Autre possibilité d’analyse: scanner les commentaires et la viralité des épingles qui présentent des produits de sa marque et en déduire l’intérêt qu’ils peuvent générer.

« Oasis n’est pas un jus de fruits »

Le potentiel marketing de Pinterest n’est, pour l’instant, pas exploité à plein par les marques. Par exemple, lorsqu’on lance une recherche sur le terme Oasis on pointe vers le groupe de rock et non pas vers la boisson multi-marketée aux 15% de fruits. Pinterest choisit-il délibérément de promouvoir la culture ? En l’état, il est difficile de dresser un tel constat, surtout par le biais d’un simple exemple.

Par son approche ergonomique et sa philosophie, Pinterest présente une réelle singularité. Cette singularité sera-t-elle remise en cause par la croissance exponentielle de ses utilisateurs et l’explosion de sa valorisation ? Affaire à suivre.

Tu ne peux pas me louper sur Instagram

A la différence de Pinterest qui présente une interface web plutôt riche et ergonomique, Instagram reste une application mobile. Pour le vérifier, il suffit de visiter directement sa version web. Une alternative à cet usage web limité est possible en utilisant Pictacular qui propose une navigation enrichie en fonctionnalités de présentation et de recherche. Les ressemblances avec la version web de Pinterest sont d’ailleurs frappantes.

Outre ce focus sur le support, à quoi ressemble Instagram ? De prime abord, l’application pourrait être une version de Facebook dont les posts seraient exclusivement des images. Cette vision simplifiée ne saurait contester l’influence de Twitter dont on retrouve les agrégats de notoriété comme les abonnés au compte et les abonnements du compte:

Instagram

Les images postées peuvent comprendre leur localisation. Une visite dans un lieu célèbre invitera nécessairement à contextualiser sa photo avec cette localisation. Le Louvre en est la parfaite illustration en étant le musée le plus géolocalisé au monde par les utilisateurs d’Instagram:

Instagram
Cette précédente image l’illustre. Instagram est beaucoup plus self-oriented que Pinterest. Le royaume du selfie n’en demeure pas moins communicant puisqu’en l’absence de mots et de pictos, c’est l’image qui décrit son humeur et ses émotions:

Instagram Instagram

Instagram photo_2 (2)

Comme d’autres moyens de communication contemporains, la philosophie du tout-positif se diffuse dans Instagram. On partage des images marquantes qui tendent à embellir les situations. Plus spécifiquement, le média photo amène plus facilement à partager son intimité. Il paraît textuellement très engageant de décrire des situations privées du type: Je partage un repas avec ma famille, c’est un moment agréable alors que poster l’image de la scène devient facile:

Instagram

Les photos que l’on place chez soi, au sein de son foyer deviennent alors très facilement partageables. Dans pareil cas, se pose toujours la question de l’équilibre privé-public, un sujet récurrent depuis que Facebook et maintenant Instagram rentrent dans les moeurs. Comment bénéficier de la praticité de partage sans nécessairement s’ouvrir à tous ? Sur Instagram, il est possible de rendre son profil confidentiel ce qui permet de choisir qui s’abonne à ses publications.

Avec ou sans filtres ?

Lorsqu’on choisit de poster une image sur Instagram, l’application propose d’y apposer un filtre. Cette étape est incontournable. Par ce biais, un traitement  s’applique à l’image. Instagram propose 20 filtres, des applications connexes en proposent davantage. L’objectif est clair: embellir l’image, la rendre plus attrayante. A l’heure où Photoshop fête ses 25 ans, le traitement de l’image ne constitue pas une avancée technologique. Néanmoins, dans le cas d’Instagram c’est une étape logique, poster une image implique de choisir un filtre, l’absence de filtre est même un type de filtre:

Instagram

Il s’agit d’une variable supplémentaire dans l’entreprise d’auto-communication dans laquelle nous sommes, consciemment ou inconsciemment, installés depuis la démocratisation des réseaux sociaux. Le maquillage de l’image est un symbole. Les puristes diront que ce maquillage est coulant et souvent grossier, ils joindront alors le hashtag #NoFilter à leurs images pour montrer leur authenticité…

Instagram

Stars d’Instagram

On vient de le voir, Instagram donne la possibilité d’utiliser à plein les leviers du personnal branding. Localisation, effets de style et facilité de mise en ligne par smartphones concourent à se constituer une image. Ces boosters de notoriété peuvent alors se conjuguer avec une notoriété prééxistante au réseau social, c’est le cas des personnages publics. Majoritairement américains, ils profitent de leur notoriété outre-Atlantique pour alimenter leur compte et bénéficier ainsi d’une audience mondialisée (70% des comptes Instagram sont hors USA). Si ces célébrités sont des artistes, ils ne communiquent pas nécessairement sur leur art, mais choisissent plutôt des moments privés qui vont souvent avoir un effet miroir avec leurs fans. Les fans vont ainsi s’identifier à eux à travers des images proches de leur réalité.

photo_1 (2)photo_3 (1)photo_3_

Autre avantage: maintenir le lien avec sa communauté. A tout moment, le fan peut consulter des actualités récentes, la star occupe ainsi un espace média sans nécessairement participer à un évènement physique (concert, exposition,…). La star a alors la main sur sa communication et l’agrémente d’éléments privés, sciemment choisis. Comment en faire le reproche ? Tout anonymes que nous sommes, nous adoptons des comportements semblables (voir Qui sont les parents de SnapChat ?).

Jamais trop

Que peut-on déduire des impacts de Pinterest et d’Instagram sur l’image ? On peut considérer que ces réseaux sociaux sont de nouveaux vecteurs de transmissionUne transmission, estampillée social media, que ne peuvent revendiquer d’autres outils comme Picassa ou Flick. Instagram serait le miroir portatif (et déformant?) de son image personnelle alors que Pinterest prendrait la forme d’un véhicule visuel d’intérêts familiers et décoratifs. Ces métaphores, sorties d’un imaginaire nébuleux, n’occultent pas le volume de nouvelles images partagées chaque jour sur la planète: 70 millions pour Instagram, 5 millions sur Pinterest qui s’ajoutent aux 240 milliards images stockées sur Facebook. Y en a-t-il suffisamment ?